Demandez votre accès découverte !

Think Culture : « L’économie de la culture ne peut se passer de partenariats » (Laurent Bentata, Stage)

Paris - Actualité n°75659 - Publié le 07/09/2016 à 09:40
©  Seb Lascoux
©  Seb Lascoux

« L’économie de la culture ne peut se passer du pan de la diffusion et des partenariats. Qu’on ne se le cache pas, l’objectif est financier. Il faut une histoire commune cohérente entre les deux acteurs d’un partenariat, un partenaire ou une marque qui dévoilent une thématique correspondant au message ou à l’image que véhicule le spectacle. Ces partenariats peuvent prendre des proportions énormes car si le spectacle est relayé à l’international, le partenaire gagne encore en visibilité », déclare Laurent Bentata Directeur général @ Stage Entertainment France • Vice-président @ Syndicat national du théâtre privé (SNDTP)
, à l’occasion de l’atelier « Diversifications, produits dérivés : comment générer de vrais revenus ? », organisé par News Tank Culture dans le cadre de Think Culture à l’Université Paris-Dauphine le 06/09/2016.

« Nous voulons vendre notre savoir-faire, notre histoire, notre modèle d’exposition à la française. Nous répondons souvent à des sollicitations pour montrer nos collections. Une manière d’aller de l’avant en ce qui concerne la politique muséale est la coproduction avec des musées internationaux. On y voit du sens en termes de partage de coût, d’amitié mais aussi de diversification. La circulation des œuvres à l’étranger est la plus grande source de revenus. Sans cela, nous sommes morts », ajoute Laurent Le Bon Président @ Centre Pompidou
.

« Dans n’importe quelle économie, la diversité est nécessaire pour disposer de plusieurs points de ressources. Nous nous sommes donné comme mission de travailler sur le nouveau partage de la valeur et la diversité », indique pour sa part Éric Petrotto Coprésident @ Le Fil • Directeur général @ 1D Lab • Professeur associé @ Universite Lumiere Lyon 2
.

Cette rencontre, modérée par Romain Berrod, rédacteur à News Tank, réunissait Laurent Bentata, Laurent Le Bon et Éric Petrotto.

« Un échange de numéraire et de visibilité pour les deux partenaires » (Laurent Bentata)

  • Laurent Bentata - ©  Seb Lascoux
    « Le marché du théâtre vivant est marqué par l’apparition de groupes et une forte concentration des acteurs avec l’objectif de la chaîne verticale de la production, à savoir le contenu, le contenant et la distribution, ce qui permet d’optimiser les résultats, les revenus et de mieux contrôler la communication.
  • On peut distinguer quatre axes de développement au niveau des revenus :
    • l’événementiel autour des spectacles et l’occupation des infrastructures hors représentations, par des lancements de produits par exemple, des concerts, des assemblées générales ;
    • le sponsoring qui cherche à s’appréhender sur le long terme pour partager entre partenaires des valeurs communes ;
    • les visites guidées ;
    • les activités de retail.
  • Des sociétés peuvent chercher des contenus à sponsoriser pour améliorer leur visibilité nationale. C’est aussi une forme de visibilité pour le spectacle lui-même ainsi qu’une rentrée d’argent importante. C’est un échange de numéraires et de visibilité pour les deux partenaires.
  • Le directeur d’une scène doit avoir la maîtrise de son spectacle, de son théâtre, mais surtout de sa distribution et donc de la data. Il faut savoir parler avec son distributeur et monétiser sa base de données auprès d’autres marques. Cela permet de mieux connaître son consommateur, mieux communiquer et mieux vendre.
  • L’économie de la culture ne peut pas se passer du pan de la diffusion et des partenariats. Qu’on ne se le cache pas, l’objectif est financier. Il faut une histoire commune cohérente entre les deux acteurs d’un partenariat, un partenaire ou une marque qui dévoilent une thématique correspondant au message ou à l’image que véhicule le spectacle. Ces partenariats peuvent prendre des proportions énormes car si le spectacle est relayé à l’international, le partenaire gagne encore en visibilité. »

    Laurent Bentata, directeur général de Stage Entertainment France

« La circulation des œuvres à l'étranger est la plus grande source de revenus. Sans cela, on est mort » (Laurent Le Bon)

  • Laurent Le Bon - ©  Seb Lascoux
    « Les musées sont les institutions en Europe qui doivent le plus se battre pour trouver des financements.
  • Produire une exposition, c’est investir pas loin de 1 ou 2 millions d’euros, impliquer une centaine de personnes et y consacrer trois ans de travail. Le grand principe d’un musée est d’entretenir, de faire grandir une collection. Mais on constate malheureusement une forte baisse des flux de visiteurs en France, dans le contexte actuel du terrorisme.
  • On essaie de convaincre nos partenaires qu’il y a un vrai défi aujourd’hui concernant les musées, mais par souci de démocratisation culturelle, l’état souhaite conserver un tarif d’entrée relativement bas et très difficilement modulable.
  • Pour un musée, on peut employer la contraction « moviment ». Nous sommes un monument avec une collection, une pérennité, une histoire mais aussi une institution en mouvement, qui cherche à faire venir et revenir ses visiteurs.
  • L’exposition de 6000 pièces est celle de la nation, mais aussi 200 000 pièces d’archives, toute la vie de Picasso qui n’a pas encore été valorisée.
  • Nous voulons vendre notre savoir-faire, notre histoire, notre modèle d’exposition à la française. Nous répondons souvent à des sollicitations pour montrer nos collections. Une manière d’aller de l’avant en ce qui concerne la politique muséale est la coproduction avec des musées internationaux. On y voit du sens en termes de partage de coût, d’amitié mais aussi de diversification. La circulation des œuvres à l’étranger est la plus grande source de revenus. Sans cela, nous sommes morts.
  • Nous devons nous rappeler que les institutions culturelles et les musées sont mortels. Les musées ou encore les bibliothèques sont en danger.« 

    Laurent Le Bon, président du Musée Picasso Paris

« Il faut augmenter, fragmenter, orchestrer et pousser à développer cette diversité culturelle » (Éric Petrotto)

  • Éric Petrotto - ©  Seb Lascoux
    « On parle aujourd’hui d’ubérisation de la société : la culture est plutôt en avance dans ce principe, notamment la musique. Il faut continuellement se réinventer.
  • Dans n’importe quelle économie, la diversité est nécessaire pour disposer de plusieurs points de ressources. On s’est donné comme mission de travailler sur le nouveau partage de la valeur et la diversité.
  • Les sociétés coopératives d’intérêt collectif sont des mini-écosystèmes où l’on réunit au sein de collèges toutes les parties prenantes d’une problématique : diffuseur et créateur de contenus culturels et membres de soutiens privés et publics. Ces sociétés ont l’agilité d’une start-up de l’innovation sociale.
  • On met en place des outils digitaux, comme la première plateforme de streaming multimédia équitable. On expérimente un moyen de partager la connaissance. On a mis au point une capsule créative pour permettre à n’importe quel professionnel de partager des informations dans un commun pour créer de l’externalité positive et faire voyager ces informations à l’international.
  • Il faut augmenter, fragmenter, orchestrer et pousser à développer cette diversité culturelle. »

    Éric Petrotto, directeur général de 1D Lab 

Laurent Bentata


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Stage Entertainment France
Directeur général
Stage Entertainment France
Directeur marketing et commercial
Stage Entertainment France
Responsable de la promotion et des partenariats
Lagardère
Directeur de clientèle puis des partenariats radio
Interdéco
Directeur clientèle

Fiche n° 7971, créée le 11/12/2014 à 17:43 - MàJ le 11/05/2021 à 10:57

Laurent Le Bon


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Centre Pompidou
Président
Association pour l’animation de l’Atelier Calder
Président
Nuit Blanche
Directeur artistique de la Nuit Blanche 2012
Conseil de la création artistique
Membre
Centre Pompidou-Metz
Chef de projet, directeur de la mission de préfiguration
Centre Pompidou
Conservateur

Fiche n° 99, créée le 01/10/2013 à 17:23 - MàJ le 27/07/2021 à 16:23

Éric Petrotto


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Universite Lumiere Lyon 2
Professeur associé
Le Fil
Coprésident
1D Lab
Directeur général
CD1D
Président

Fiche n° 201, créée le 18/10/2013 à 10:08 - MàJ le 02/05/2016 à 17:34

©  Seb Lascoux
©  Seb Lascoux