Article en libre accès

BnF : « Passer de 8 000 dépôts physiques de phonogrammes à 200 000 dépôts par an » (P. Issartel)

« Il est très important pour nous d’être au cœur des écosystèmes culturels, de les comprendre, de les analyser. Car ils évoluent de plus en plus rapidement, ce qui est source de difficulté pour nous. Et cette difficulté, nous l’avons bien ressentie au niveau du dépôt légal des phonogrammes : en 5 ou 6 ans, le nombre de dépôts physiques a été divisé par deux à la BnF. Nous étions aux environs de 14 000 dépôts en 2012, et sommes aujourd’hui à 8 000. (…) Nous avons donc échafaudé l’idée d’une… Lire la suite
loader mask
1