Demandez votre accès découverte !

Think 2019 : « La culture n’est pas une variable d’ajustement pour les élus » (M. Rochette de Lempdes)

Paris - Actualité n°155619 - Publié le 13/09/2019 à 16:40
©  Seb Lascoux
©  Seb Lascoux

« La culture n’est pas une variable d’ajustement pour les élus, comme le montre la note de conjoncture de l’Observatoire des Politique Culturelles sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales. Concernant les années 2016-2018, nous constatons une hausse de l’effort culturel pour un nombre plus grand de collectivités territoriales et EPCI Établissements publics de coopération intercommunale . 30 % des répondants indiquent une hausse en 2016, 46 % en 2017 et 56 % en 2018 », indique Marie Rochette de Lempdes, vice-présidente de la FNCC Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture , lors de la table ronde « La culture et les collectivités territoriales : une ambition pour les territoires plutôt qu’une variable d’ajustement ? », organisée dans le cadre de la 4e édition de Think Culture à l’université Paris-Dauphine le 10/09/2019.

« Nous sommes tous convaincus que la culture n’est pas une variable d’ajustement mais nous devons faire face à ce type d’arguments. Il ne s’agit pas d’un jugement moral. Cela répond à une réalité économique. L’investissement de l'État dans la politique culturelle permet d’entretenir un dialogue très important au niveau des régions mais aussi des communes », indique pour sa part Nicole Phoyu-Yedid
, directrice de la DRAC Direction régionale des affaires culturelles Pays de la Loire.

« La crise de financement local a déclenché une prise de conscience de l'équipe de la Scène nationale de Chambéry sur la nécessité d’orienter autrement notre projet (…) Pour une bonne partie de la ville, la Scène nationale était vécue comme un projet hors sol avec l’idée qu’un label national agissait forcément contre le local », déclare pour sa part Marie-Pia Bureau Directrice @ Malraux Scène nationale Chambéry Savoie
, directrice de l’Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.

News Tank rend compte des échanges.

« La crise de financement de la Scène nationale a déclenché une prise de conscience de l'équipe sur la nécessité d’orienter autrement notre projet » (Marie-Pia Bureau)

  • « Le hors-les-murs de la Scène nationale de Chambéry fait suite à la crise importante de financement qui s’est produite lors d’un changement de municipalité et de majorité [en avril 2015, NDLR]. Les élus, considérant que la ville était endettée, avaient décidé de couper 22 % du budget municipal attribué à la Scène nationale, ce qui représentait une somme de 320 000 €.
  • Marie-Pia Bureau - ©  Seb Lascoux
    Cette crise de financement a déclenché une prise de conscience de l'équipe de la Scène nationale sur la nécessité d’orienter autrement notre projet. Pour une bonne partie de la ville, la Scène nationale a été vécue comme un projet hors sol avec l’idée qu’un label national agissait forcément contre le local.
  • En échangeant avec les élus, nous avons trouvé une issue à la crise via un projet de Plan État-Région pour rénover l'établissement [la Scène nationale est en travaux depuis 2017 et va rouvrir le 02/12/2019, NDLR]
  • Au lieu de construire un théâtre provisoire, nous avons choisi de travailler là où il y avait des dynamiques, dans le milieu associatif notamment. Nous nous sommes déplacés dans 30 lieux différents en cherchant des endroits accueillants sans céder sur l’exigence artistique.
  • À la suite de cette expérience, l'équipe de la Scène nationale a imaginé pour la réouverture de la structure la création d’un tiers-lieu qui sera co-géré avec des compagnies locales.
  • Le hors-les-murs nous a également conduit à trouver des financements du côté du transfrontalier avec le monde de la montagne. Nous avons mis en contact nos artistes associés directement avec les opérateurs de tourisme pour créer des projets très intéressants.
  • Il y a en ce moment une crise à La Rochelle (Florence Simonet
    , directrice adjointe de La Coursive, Scène nationale de La Rochelle • Scène nationale de la Rochelle (Association loi 1901) • Ouverture en 1990 • Inaugurée le 13/02/1982 (alors Maison de la Culture de La Rochelle) • Équipements : - deux salles de spectacles … , a été licenciée le 19/06/2019, NDLR) et je suis étonnée d’entendre les représentants de l'État considérer que tout va bien car il y a une bonne programmation. Ce seul argument est un peu étonnant. Qu’est-ce qu’une bonne programmation, si elle ne rencontre pas à un moment le territoire et les gens ? Cela pose de vraies questions.
  • Quand Jean Blaise Directeur général @ Le Voyage à Nantes • Directeur artistique @ Un Été au Havre
    Créateur de différentes manifestations culturelles : • Le festival des Allumées • Le Festival de Hué au…
    évoquait (en ouverture de Think Culture 2019, NDLR) les Maisons de la culture en parlant de maison fermées sur elles-mêmes, cela peut s’entendre comme une provocation. Mais ces structures ont pu être pensées comme des projets hors sol, comme des lignes de défense des artistes repliées sur elles-mêmes.
  • Concernant le financement de la politique culturelle par les régions, je voudrai réagir en tant que déléguée Syndeac Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles de la région Auvergne-Rhône Alpes. Cette région a changé de majorité et de politique culturelle au moment de la fusion des régions en 2016. Nous sommes plusieurs dans notre syndicat à observer de réelles problématiques liées au financement régional, non pas que nous soyons contre la décentralisation ou la déconcentration, mais l'État possède une expertise et une pratique historique de la politique culturelle.
  • Nous avons le sentiment qu’il manque une charte ou un règlement de fondamentaux en termes de politique culturelle qui puisse être commun à toutes les régions. Nous sommes beaucoup d’acteurs culturels en région Auvergne-Rhône Alpes à avoir perdu des financements avec l’arrivée de la nouvelle majorité en constatant alors que le budget alloué à la culture n’avait pas baissé.
  • Nous avons fini par comprendre que 2,49 M€ étaient consacrés à la création d’un Fonds d’intervention culturelle. Ce fonds ne transite plus par les délibérations et les services de la Région mais dépend directement du cabinet du président de Région. Les subventions de ce FIC Fonds d’Intervention Culturel , appelées “subventions du territoire”, financent avec des petites sommes une quantité énorme de projets qui concernent pour un tiers seulement des projets artistiques. Le reste finance des fêtes de fromage, de la praline, de caserne de pompiers. Nous avons appris que les élus passent directement par le cabinet du président de Région pour obtenir des aides. C’est ce qui s’appelle tout simplement du clientélisme.
  • D’autres régions connaissent aussi ce genre de fonctionnement. Même si on sait que les élus ne sont pas favorables à ce genre de situation, c’est un vrai problème qu’il faudrait traiter. »

    Marie-Pia Bureau

« La culture n’est pas une variable d’ajustement pour les élus » (Marie Rochette de Lempdes)

  • « Le titre de la table ronde m’a fait doublement bondir mais cela permet de lancer la discussion. La culture n’est pas une variable d’ajustement pour les élus, comme le montre la note de conjoncture de l’Observatoire des Politique Culturelles [sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales (2017-2019) publiée le 14/02/2019, NDLR].
  • Dans les notes de conjoncture de l'OPC Observatoire des Politiques Culturelles concernant les années 2016-2018, nous constatons une hausse de l’effort culturel pour un nombre plus grand de collectivités territoriales et EPCI Établissements publics de coopération intercommunale . 30 % des répondants indiquent une hausse en 2016, 46 % en 2017 et 56 % en 2018.
  • Par ailleurs, je rejoins Marie-Pia Bureau quand elle déclare qu’il ne s’agit pas d’une ambition pour les territoires mais avant tout pour les personnes. La FNCC Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture est une association d'élus à la culture, où la moitié des régions sont représentées, et de plus en plus de départements. C’est un lieu très riche en échanges.
  • À Belfort, nous avons redynamisé la fête de la Musique : 70 concerts sont organisés dans toute la ville, chez les commerçants. Pour le Mois de la Photo qui a lieu en avril, nous mettons en lien les artistes et les commerçants autour de 55 expositions pendant un mois.
  • Marie Rochette de Lempdes - ©  Seb Lascoux
    Le contact entre les entreprises et les lieux culturels sont également de plus en plus évidents. Nous avons par ailleurs noué des conventions entre la FNCC et le SMA Syndicat des musiques actuelles avec la signature d’une charte sur les musiques actuelles (charte également signée par la Fedelima Fédération des lieux de musiques actuelles visant notamment à “renforcer la diversité des esthétiques, des pratiques et des initiatives qui permettent l'émergence et le développement des festivals sur les territoires” le 18/04/2019, NDLR)
  • Je ne veux pas finir cette table ronde sur cette idée de clientélisme. Comme l’a dit Jean Blaise lors de sa keynote, “il n’y a pas de politique culturelle sans les élus” ».

    Marie Rochette de Lempdes

« Les financements croisés sont indispensables à une politique culturelle » (Nicole Phoyu-Yedid)

  • « Le sujet global de cette table ronde porte sur la qualité du dialogue entre l'État, que je représente en tant que DRAC, et les collectivités territoriales. Il est extrêmement important que le dialogue sur un territoire se fasse de la meilleure façon possible.
  • Je ne peux pas m’empêcher de réagir à l’exemple qu’a donné Marie-Pia Bureau concernant le changement d'élus politiques. L'État est garant de la stabilité d’une politique culturelle.
  • J’entendais Marie Rochette de Lempdes dire que la culture n'était pas une variable d’ajustement. Nous en sommes tous convaincus mais nous devons faire face à ce type d’arguments. Il ne s’agit pas d’un jugement moral. Cela répond à une réalité économique. L’investissement de l'État dans la politique culturelle permet d’entretenir un dialogue très important au niveau des régions mais aussi des communes.
  • Nicole Phoyu-Yedid - ©  Seb Lascoux
    J’ai été directrice de la DRAC en Picardie [de 2013 à 2016, NDLR] où très peu de structures culturelles étaient présentes. Désormais je suis en poste dans les Pays de la Loire où existe au contraire un grand nombre de structures au niveau de la métropole. Ce sujet de la métropolisation est devenu extrêmement important. On le ressent aujourd’hui dans le discours des citoyens qui déplorent l’absence de service public. Or la culture fait partie du service public.
  • On ne peut pas tenir de discours stéréotypé sur le territoire. Une adaptabilité d’une politique culturelle au territoire est indispensable avec une colonne vertébrale et des principes qui garantisse la liberté de la création même dans des contextes politiques très durs.
  • L’introduction par Jean Blaise sur la liaison entre la politique culturelle de Nantes et le tourisme culturel et donc économique est révélatrice. En effet les collectivités souhaitent valoriser leur patrimoine pour attirer des acteurs au niveau économique. Cependant nous sommes très vigilants à ne pas verser dans une politique événementielle car cela fragiliserait les structures pérennes comme les Scènes nationales. La politique événementielle fait partie d’une politique culturelle sur un territoire, comme les festivals, mais elle ne la résout pas.
  • Par rapport aux scènes conventionnées et globalement labellisées par le MC, nous constatons que certaines collectivités sur le territoire considèrent que ces structures relèvent de l'État et retirent leur financement. C’est un grand danger qui aboutit à la fragilité de ces structures dans leur économie. Les financements croisés sont indispensables à une politique culturelle.
  • Pour combattre la redondance, il est impératif de dialoguer avec chacune des collectivités pour identifier leurs atouts. Puis dans le cadre d’une politique culturelle commune, des conventions de territoire sont nouées avec ces collectivités. »

    Nicole Phoyu-Yedid

Marie-Pia Bureau


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon
Directrice

Fiche n° 1167, créée le 06/01/2014 à 08:30 - MàJ le 26/11/2019 à 14:38

Parcours

Ministère de la Culture
Inspectrice générale des affaires culturelles
DRAC Pays de la Loire
Directrice régionale
Ministère de la Culture
Mission auprès du Secrétariat Général
DRAC Picardie
Directrice régionale
Ministère de la Culture
Cheffe de la mission d’inspection des enseignements de la Délégation aux arts plastiques
Ministère de la Culture
Adjointe au chef de la mission d’inspection des enseignements de la DAP
Ministère de la Culture
Chargée de mission à la Délégation au développement et aux affaires internationales

Établissement & diplôme

Ministère de la Culture
Concours ICCEAC - Inspecteur et conseiller de la création, des enseignements artistiques et de l’action culturelle

Fiche n° 9301, créée le 28/02/2015 à 21:50 - MàJ le 18/03/2021 à 08:55

Marie Rochette de Lempdes


• Les deux axes principaux de sa politique culturelle sont la mise en valeur des talents locaux et le renforcement des liens entre les habitants, avec notamment le Mois de la Photo ou la Nuit des Arts qui a vu sa première édition en avril 2018
• Juriste de formation, elle a été membre de la Commission Nationale Consultative des Droits

Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Mairie de Belfort
Adjointe au maire en charge de la culture

Fiche n° 30165, créée le 23/04/2018 à 12:17 - MàJ le 14/10/2020 à 15:55

News Tank Culture (NTC)

• Média d’information indépendant et innovant, spécialisé dans l’actualité de la musique, du spectacle vivant, et des musées, monuments et du patrimoine.
• Création : septembre 2012
• Proposant à la fois un fil d’actualités, des dossiers de fonds, des interviews et de grands entretiens, des data et un annuaire des professionnels et des organisations, News Tank Culture s’adresse aux dirigeants et acteurs de la culture. Il organise également chaque année Think Culture, une journée d'échange et de débat autour de l’innovation dans le pilotage de la culture, avec la volonté de décloisonner les secteurs culturels.

• Direction :
- Bertrand Dicale, directeur général
- Anne-Florence Duliscouët, directrice déléguée, en charge des contenus
- Alexis Bouhelier, directeur du développement

• News Tank Culture est une filiale de News Tank Network, créée par Marc Guiraud et Frédéric Commandeur, qui a également développé :
News Tank Football,
News Tank Higher ed & research,
News Tank RH Management,
News Tank Cities,
News Tank Mobilités.
Le groupe totalise une soixantaine de collaborateurs.


Catégorie : Média
Maison mère : News Tank (NTN) (NTN)


Adresse du siège

48 rue de la Bienfaisance
75008 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 6882, créée le 03/04/2018 à 03:02 - MàJ le 07/04/2021 à 19:19

©  Seb Lascoux
©  Seb Lascoux