Début

« Nécessaire que la position de l’État sur les interdictions se stabilise » (Eddy Pierres, Panoramas)

Paris - Publié le mardi 10 mars 2020 à 10 h 30 - n° 177228 « Clairement, l’annulation [de deux des trois soirées de la 23e édition de Panoramas] va avoir un impact sur notre structure. Sachant que nous avions déjà vécu une année difficile en 2019 avec le festival. Pour 2020, nous avions travaillé sur un recalibrage de Panoramas (…). Et les préventes étaient bonnes. Nous sommes donc logiquement déçus de devoir annuler, et cela nous fragilise. (…) Il est trop tôt encore pour évaluer cet impact, mais la situation est très critique, c’est une évidence », déclare Eddy PierresEddy Pierres, cofondateur et directeur de Panoramas (Morlaix), à News Tank le 10/03/2020. Le festival a annoncé, le 06/03/2020, l’annulation de ses concerts des 10 et 11/04/2020, qui devaient se tenir au parc des expositions de Langolvas et accueillir chacun « plus de 11 000 festivaliers ».

Panoramas s’emploie désormais à « redéployer [la] programmation [du festival] dans un format très différent. Le scénario sur lequel nous travaillons est celui d’un repli sur la nouvelle salle de spectacle du SEW, qui ouvrira au moment de Panoramas et dans laquelle Wart est impliqué ».

Eddy Pierres revient enfin sur les mesures attendues de la part des pouvoirs publics : « Si l’idée d’un fonds d’urgence est retenue, il faut que celui-ci soit déployé à une échelle plus importante qu’en 2015. En effet, le fonds d’urgence après les attentats délivrait des enveloppes et intervenait à un niveau relativement limité. (…) Autre question qui concerne, là, davantage les collectivités : comment vont-elles pouvoir nous garantir leur subvention même si le festival est annulé ? Car pour nous, ce versement est impératif ».

Eddy Pierres répond aux questions de News Tank.
© Ben Pi
© Ben Pi

Vous avez annoncé, le 06/03/2020, l’annulation de deux des trois soirées de la 23e édition de PanoramasFestival Panoramas, conformément à l’arrêté publié au JO JOJournal officielle 05/03/2020, interdisant « les rassemblements de plus de 5 000 personnes en milieu clos ». Cette annulation va-t-elle avoir des conséquences sur votre structure, Wart ?

Stopper les frais engagés dans la manifestation et limiter l’impact financierOui, clairement. Sachant que nous avions déjà vécu une année difficile en 2019 avec le festival. Pour 2020, nous avions travaillé sur un recalibrage de Panoramas, en baissant le prix de billet (pour être accessible à tous) et en travaillant sur un budget moins important, ce qui nous permettait d’abaisser notre point d’équilibre… Et les préventes étaient bonnes. Nous sommes donc logiquement déçus de devoir annuler, et cela nous fragilise. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons pris la décision d’annoncer l’annulation très en amont du festival, pour stopper les frais engagés dans la manifestation et limiter l’impact financier. Il est trop tôt encore pour évaluer cet impact, mais la situation est très critique, c’est une évidence.

Toutefois, nous avons reçu énormément de soutien depuis l’annonce de l’annulation, de la part des producteurs, des artistes et des partenaires. Il y a de la solidarité dans la profession, car tout le monde est dans le même bateau. 

Êtes-vous couverts pour ce type d’annulation par votre assurance ?

Pour être totalement transparent, nous n’avons pas encore fait le point sur ces questions-là. Mais a priori, nous ne sommes pas couverts pour ce type d’annulation. Il faudra cependant discuter avec les assureurs et voir quelle peut être leur capacité à nous accompagner dans cet épisode, car il s’agit de structures généralement spécialisées dans nos métiers, avec lesquelles nous échangeons beaucoup.

Depuis l’annonce de votre annulation, le ministère des Solidarités et de la Santé a, le 10/03/2020, publié un nouvel arrêté interdisant les rassemblements de plus de 1 000 personnes jusqu’au 15/04/2020. Cette nouvelle restriction va-t-elle impacter, à son tour, votre activité de tourneur ?

Il y a de fortes chances, oui. Nous faisons un point sur la situation avec l’équipe aujourd’hui. Quand l’interdiction concernait les rassemblements de plus de 5 000 spectateurs, cela avait peu d’impact sur notre activité de tourneur, de par la typologie de notre catalogue : peu de nos artistes sont présents dans les salles de grande capacité (hors festivals et premières parties). Maintenant que cette interdiction passe à 1 000 spectateurs, la situation est plus critique. Sur mars, nous avons 15 à 20 artistes qui tournent chaque week-end.

Quelques artistes du catalogue Wart

Quelques artistes du catalogue Wart

• Chapelier Fou

• Arnaud Rebotini

• Acid Arab

• Boris Brejcha

• Jeanne Added

• Kompromat

• Naive New Beaters

Vous annonciez travailler sur un report d’une partie de la programmation de Panoramas dans d’autres lieux. Où en êtes-vous ?

Les mesures d'interdiction peuvent, d’un préfet à un autre, être appliquées de manière plus ou moins restrictiveL’idée effectivement est maintenant de voir comment redéployer cette programmation dans un format très différent. Le scénario sur lequel nous travaillons est celui d’un repli sur la nouvelle salle de spectacle du SEW à Morlaix, qui ouvrira au moment de Panoramas et dans laquelle Wart est impliqué. Elle a l’avantage d’être une salle de 800 places, une capacité qui n’est pas concernée par les nouvelles restrictions, si celles-ci restent en l’état… Malgré le fait que l’on soit ici sur des questions de santé publique, il me semble nécessaire que la position de l’État sur les interdictions se stabilise, sans quoi la situation deviendrait vraiment intenable pour notre secteur. Sachant, en plus, que ces mesures peuvent, d’un préfet à un autre, être appliquées de manière plus ou moins restrictive.

Vous demandez, comme l’ensemble du secteur, un « plan de soutien économique significatif pour le secteur ». Cela doit-il passer par un fonds d’urgence ? D’autres formes d’aides sont-elles souhaitables ? 

Étaler le paiement des charges ou percevoir le crédit d’impôt de manière anticipéeSi l’idée d’un fonds d’urgence est retenue, il faut que celui-ci soit déployé à une échelle plus importante qu’en 2015. En effet, le fonds d’urgence après les attentats délivrait des enveloppes et intervenait à un niveau relativement limité. Là, ce n’est plus la même échelle : il ne s’agit plus de frais supérieurs de 2 à 3 % du budget, mais de sommes beaucoup plus importantes. Parmi les autres options, il y a la possibilité d’étaler le paiement des charges et aussi de percevoir notre crédit d’impôt de manière anticipée. Autre question qui concerne, là, davantage les collectivités : comment vont-elles pouvoir nous garantir leur subvention même si le festival est annulé ? Car pour nous, cela est clair, ce versement est impératif. Pour Panoramas, ces aides constituent 10 % de notre budget, et seront déterminantes dans notre capacité à honorer le paiement des frais déjà engagés dans le festival.

Eddy Pierres
Fiche n° 21816, créée le 08/03/17 à 17:44 - MàJ le 18/06/19 à 10:10

Eddy Pierres

Date de naissance : 07/05/1975

Parcours Depuis Jusqu'à
Comités Prodiss
Membre 2019 Aujourd'hui
2019 Aujourd'hui
Festival Panoramas
Cofondateur et directeur 1998 Aujourd'hui
1998 Aujourd'hui

Festival Panoramas
Fiche n° 759, créée le 06/12/13 à 10:53 - MàJ le 10/03/20 à 09:27

Festival Panoramas

• Festival organisé de musiques électroniques par l’association Wart à Morlaix (Finistère)
• 23e édition du 10 au 12/04/2020 :
partiellement annulée, à la suite des mesures liées à la propagation du coronavirus
• 22e édition du 12 au 14/04/2019 : 24 000 spectateurs
• 21e édition du 20 au 22/04/2018 : 30 000 spectateurs
• 20e édition du 07 au 09/04/2017 : 32 000 spectateurs
• 19e édition du 25 au 27/03/2016 : 27 000 spectateurs
• 18e édition du 03 au 05/04/2015 : 26 000 spectateurs
• 17e édition du 18 au 20/04/2014 : 26 000 spectateurs
• 16e édition du 29 au 31/03/2013 : 23 000 spectateurs
• Budget 2018 : 1,7 M€
• Contact : Joran Lecorre, programmateur
• Tél : 02 98 63 20 58



Festival Panoramas
29, Boulevard Raymond Poincaré
35000 Rennes - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1