Début

BIS 2020 : « L’histoire future du Bataclan est celle d’une responsabilité commune » (Florence Jeux)

Paris - Publié le vendredi 24 janvier 2020 à 15 h 40 - n° 173433 « Le BataclanBataclan cherche à reprendre le cours de son histoire, mais l’activité de la salle est passée d’une moyenne de 150 concerts par an avant 2015 à une exploitation aujourd’hui de seulement 80-90 concerts. Ce qui ne suffit pas pour pouvoir envisager l’avenir de manière pérenne. Plusieurs fois dans sa très longue histoire, le Bataclan aura dû renaître. Il aura été glorieux, il aura fait faillite, il aura été oublié, et sera revenu au premier plan. Mais ce que je voulais vous dire aujourd’hui, c’est que l’avenir du Bataclan est entre vos mains aussi. Le plus difficile pour relever le défi de sa transformation, c’est de replacer sa légitimité au bon endroit. Et je pense qu’elle n’est pas au 13/11/2015. Elle est auprès des professionnels et des organisations du secteur, avec le soutien qu’elles pourront apporter - que vous pourrez lui apporter. Je pense que l’histoire future du Bataclan est celle d’une responsabilité commune pour nous tous ici, professionnels de la vie culturelle française, afin d’accompagner nos artistes auprès de cette salle mythique », déclare Florence JeuxFlorence Jeux, directrice générale et artistique du Bataclan, lors d’un discours prononcé en ouverture de la deuxième journée des BISBISBiennales internationales du spectacle, à Nantes (Loire-Atlantique), le 23/01/2020.

Florence Jeux, qui est revenue sur l’historique de la salle, a également abordé le nouveau projet du Bataclan, mis en place en septembre 2019 (présenté à News Tank le 16/09/2019), et présenté quelques nouveautés à venir en 2020 : des concerts de musique classique en collaboration avec l’orchestre de chambre de Paris, l’accueil du festival Le Printemps des Poètes ou encore « un nouveau concept de spectacle (…) à mi-chemin entre université populaire et spectacle oratoire ».

News Tank rend compte de l’intervention de Florence Jeux.
© News Tank
© News Tank

« Le Bataclan doit plus que jamais être ouvert, transdisciplinaire et rassembler, à l’image de notre culture et de notre art de vivre »

  • « Il est des lieux de spectacles, comme le Bataclan qui, en traversant les siècles, sont devenus le symbole d’une culture ouverte, à la croisée des chemins de l’art, des bouleversements de l’histoire, et de notre humanité.
  • Après les événements du 13/11/2015, c’est cette affirmation de l’héritage collectif, et ce désir de partager ensemble le spectacle vivant, populaire, qui a forgé la volonté de rouvrir les portes à notre liberté en 2016.
  • Depuis 1865, le Bataclan s’inscrit dans le patrimoine de notre diversité artistique, telle une fresque vivante aux confluences de l’art et du lien social.
  • À son ouverture, avec son architecture chinoise et son nom qui s’inspire de l’opérette en un acte d’Offenbach, le “Ba-ta-clan” est un grand café-concert, avec un café et un théâtre au rez-de-chaussée, et un grand dancing au premier étage.
  • Entre des vaudevilles, bals et concerts, le Bataclan est le reflet pour les Parisiens de la joie de vivre et de la rencontre d’un soir entre les artistes et les publics.
  • Après la Première Guerre Mondiale, il devient un cinéma. Puis menacé par la fin du cinéma muet, redevient un music-hall.
  • Au début des années 30, un incendie met le Bataclan entre parenthèse pour en ouvrir une autre légendaire, 30 ans plus tard celle d’une autre époque, celle des concerts de Lou Reed, John Cale et Nico.
  • Les artistes ont fait et font toujours le choix de cette salle pour son intimité, sa proximité avec le public que tant d’artistes recherchent.
  • Puis vient la fin des années 70 et l’époque des frères Laloux, qui dirigeront le lieu pendant plus de 30 ans.
  • En programmation, c’est une nouvelle ère post-punk qui fleure bon l’irrévérence, l’ouverture et la liberté, et qui nous permettra de partager les concerts de The Cure, des Stranglers, Motörhead, et bien d’autres.
  • C’est aussi ici que s’opère à l’époque la mutation des styles musicaux du jazz funk aux premières formes de rap. La salle est petit à petit squattée par des gamins qui viennent s’essayer à un nouveau style de danse : “le smurf”, nom donné par les médias de l’époque à la breakdance.
  • Le Bataclan devient alors le théâtre des premières scènes hip-hop made in France ; ce sont les premières soirées de DJ Chabin, Dee Nasty, les premiers concerts de NTM et l’une des premières salles parisiennes à bien vouloir accueillir un public qui débarquait de banlieue.
  • Et c’est bien cet esprit qui a animé Jules Frutos Jules Frutoset Olivier Poubelle Olivier Poubellelorsqu’ils ont repris la salle en 2004.
  • La salle est foncièrement le reflet de notre culture populaire depuis 150 ans et le 11e arrondissement, la cristallisation de toutes les différences et rencontres urbaines.
  • Passage de mille carrières, de mille souvenirs, le “50 boulevard Voltaire” réunit talents, émotions, partage… Avec pour ADN la transformation, toujours en reflet de son époque, de l’art, du rythme social et de la vie.
  • On me pose souvent la question : que signifie diriger le Bataclan aujourd’hui ? Aujourd’hui, plus que jamais, nous portons avec mon équipe l’histoire de la salle que nous souhaitons réaffirmer dans le présent et projeter dans l’avenir.
  • Il n’est pas question de balayer le passé mais bien de s’en inspirer, et je pense que l’histoire se construit en mouvement et qu’elle doit être pensée dans ce qu’elle a de nécessaire.
  • En l’occurrence, le Bataclan, en 2020, doit plus que jamais être ouvert, transdisciplinaire et rassembler, à l’image de notre culture et de notre art de vivre.
  • Nous sommes une toute petite équipe de six permanents, où chaque personne est essentielle, et depuis mon arrivée il y a un peu plus d’un an, nous avons entrepris un long travail afin de revitaliser la salle et y transcrire les valeurs qui nous anime, en repositionnant l’artiste et sa création au cœur de notre conviction. »

« 2020 verra naître plusieurs nouveaux projets »

  • « Les artistes en 2020 sont plus que jamais pluridisciplinaires, sans frontières, avec une coexistence de la création qui est la plus grande richesse de cette génération. Nous avons donc imaginé un projet qui puisse recevoir ces nouveaux créateurs pour l’ensemble des talents qu’ils déploient ; que cela soit un concert, une exposition, une conférence, un spectacle de danse, ou une création originale.
  • Le Bataclan, par son ancrage historique, revient à sa source : révéler le talent des artistes auprès des publics… Le Bataclan en 2020, c’est notre lieu de rencontre entre l’artiste et son public.
  • Lieu de vie et d’expression libre, passerelle entre les disciplines, source de rencontres et de dialogues entre le public et les artistes, à la fois lieu de proximité et international… C’est un projet ouvert et transverse qui se dessine aujourd’hui pour le Bataclan.
  • Entre 2019 et 2020, au-delà des concerts habituels, le Bataclan est également redevenu le temple :
    • de la danse et de la culture hip hop, avec la première édition du Walk Fest, festival crée en collaboration avec le collectif Walk In Paris ;
    • de la mode, avec les performances des étudiants de l’institut Français de la mode ;
    • du podcast, dont les enregistrements viennent désormais ponctuer la programmation au fil de l’année grâce notamment à Fréquence Moderne.
  • La salle se transforme également pour accueillir des évènements sportifs comme des matchs de boxe et des battles de danse plusieurs fois dans l’année.
  • C’est aussi un lieu dont nous souhaitons prolonger l’engagement dans la vie sociale en proposant des débats comme celui avec Cyril Dion pour les cinq ans de l’association Ticket For Change, ou bien auprès du Secours Populaire avec la soirée “Secours Pop Rocks”, qui nous a permis de récolter près de 40 000 € pour l’association cet hiver.
  • Enfin, 2020 verra également naître plusieurs nouveaux projets :  
    • des concerts de musique classique en collaboration avec l’orchestre de chambre de Paris, accompagnés d’un travail auprès des publics scolaires et des structures sociales du quartier ;
    • la présentation du festival Le Printemps des Poètes, porté par le Centre National de la Poésie, dont la thématique cette année est “le courage” et dont la marraine est Sandrine Bonnaire ;
    • un nouveau concept de spectacle avec “Tchatche”, à mi-chemin entre université populaire et spectacle oratoire, qui sera participatif et qui sera récurrent dans l’année grâce à l’association Boson Project.
    • Enfin nous verrons se concrétiser le premier spectacle de danse de Léo Walk, jeune chorégraphe et danseur de 25 ans aux multiples talents, artiste résident au Bataclan depuis un an avec ses huit danseurs. »

« Un taux de fréquentation de près de 85 % en 2019 »

  • « Depuis un an donc, avec l’équipe du Bataclan, nous sommes dans l’action pour mobiliser et fédérer spectateurs, artistes et professionnels autour de ce nouvel élan.
  • Et les spectateurs sont là. Chaque fois qu’un artiste se produit au Bataclan, le public répond présent.
  • Ce week-end encore, nous avons rassemblé plus de 1 000 jeunes qui se sont arrachés en quelques minutes les billets pour participer à l’enregistrement du podcast “2 heures de perdues”, qui est dans le top 5 des émissions humoristiques les plus écoutées du moment, reflet d’une tendance actuelle.
  • Et 2019 aura été marqué par un taux de fréquentation de près de 85 %.
  • Cependant et malgré la ferveur du public, et nos nombreux efforts, nous devons nous résoudre à constater que l’avenir du Bataclan n’est toujours pas serein.
  • Le Bataclan cherche à reprendre le cours de son histoire, mais l’activité de la salle est passée d’une moyenne de 150 concerts par an avant 2015 à une exploitation aujourd’hui de seulement 80-90 concerts. Ce qui ne suffit pas pour pouvoir envisager l’avenir de manière pérenne.
  • Plusieurs fois dans sa très longue histoire, le Bataclan aura dû renaître. Il aura été glorieux, il aura fait faillite, il aura été oublié, et sera revenu au premier plan.
  • Mais ce que je voulais vous dire aujourd’hui, c’est que l’avenir du Bataclan est entre vos mains aussi.
  • Le plus difficile pour relever le défi de sa transformation, c’est de replacer sa légitimité au bon endroit. Et, je pense qu’elle n’est pas au 13/11/2015.
  • Elle est auprès des professionnels et des organisations du secteur, avec le soutien qu’elles pourront apporter - que vous pourrez lui apporter.
  • Je pense que l’histoire future du Bataclan est celle d’une responsabilité commune pour nous tous ici, professionnels de la vie culturelle française, afin d’accompagner nos artistes auprès de cette salle mythique. »

    Florence Jeux
Florence Jeux
Fiche n° 16526, créée le 11/03/16 à 10:11 - MàJ le 17/09/19 à 12:08

Florence Jeux

Date de naissance : 08/03/1983

Parcours Depuis Jusqu'à
Bataclan
Directrice générale et artistique Décembre 2018 Aujourd'hui
Décembre 2018 Aujourd'hui
Morgane Groupe
Directrice générale et artistique des Francofolies de la Rochelle, en charge également du développement international du festival Octobre 2017 à Octobre 2018
Octobre 2017 Octobre 2018
Sony/ATV Music Publishing
Directrice artistique Septembre 2016 à Septembre 2017
Septembre 2016 Septembre 2017
Morgane Groupe
Programmatrice et directrice artistique (Francofolies, Live in Tignes, Francofolies de Blagoevgrad, Francos Gourmandes) Septembre 2012 à Septembre 2017
Septembre 2012 Septembre 2017

Bataclan
Fiche n° 7808, créée le 24/10/18 à 09:16 - MàJ le 24/01/20 à 14:36

Bataclan

Salle de spectacle parisienne (11e arrondissement)
• Edifiée par l’architecte Charles Duval en 1864
• Inscription au titre des monuments historiques depuis le 11/03/1991
Capacité : 1 500 personnes
Exploitant : Lagardère Live Entertainment
Direction : Florence Jeux, depuis décembre 2018
Tél. : 01 43 14 00 30



Bataclan
50 Boulevard Voltaire
75011 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1