Demandez votre abonnement découverte !

F.Nyssen à l’Institut français :« La France ne manque ni d’atouts ni de relais culturels à l'étranger »

News Tank Culture - Paris - Actualité n°98229 - Publié le 19/07/2017 à 12:30
- +
©  NTC
©  NTC

« La politique culturelle et la politique diplomatique sont indissociables et indispensables pour la France. Je crois que dans l’une et dans l’autre, c’est sa conscience profonde qui s’exprime. C’est cette conscience profonde de la France qui s’exprime dans les relations qu’elle entretient à ses artistes et à son patrimoine. C’est cette même conscience qui s’exprime dans la relation qu’elle entretient au monde. C’est la conscience d’une nation libre, ouverte, éclairée et qui porte en elle l’idéal de fraternité. (…). La France doit défendre et faire valoir cette conscience, aujourd’hui plus que jamais. Le ministère de la Culture a une responsabilité particulière dans ce domaine », déclare Françoise Nyssen Cofondatrice (avec Jean-Paul Capitani) @ Association du Méjan (concerts, expositions, lectures) • Directrice @ Actes Sud • Cofondatrice (avec Jean-Paul Capitani) @ École du Domaine du Possible… , ministre de la Culture, aux agents du réseau de l’Institut français, ses partenaires et son personnel, lors des Ateliers de l’Institut français, organisés à la Ferme du Buisson à Noisiel (Seine-et-Marne), le 18/07/2017. « La France ne manque ni d’atouts ni de relais culturels à l'étranger. Vous êtes les représentants de leur densité et de leur qualité. L’enjeu est de coordonner les efforts et d’augmenter les moyens en commun. Chacune des actions que vous entreprenez à l'étranger alimente en retour sur notre sol un certain modèle de société », ajoute-t-elle.

Françoise Nyssen a présenté les trois « supports de dialogue privilégiés » entre la France et le monde qu’elle souhaite développer, à savoir l’Europe, la langue, et « nos savoir-faire ». « Le défi européen est un défi éminemment culturel. Nous ne réussirons pas à achever l’Europe politique sans relever la conscience européenne, sans nourrir le sens d’appartenance commune, sans donner à l’Europe une consistance culturelle. (…) Je me battrai (…) pour que les financements européens en faveur de la Culture soient renforcés », indique-t-elle. « Mon homologue allemande [Monika Grütters, NDLR] et moi avons proposé l’organisation d’une rencontre entre tous les ministres européens de la Culture en octobre, en marge de la Foire du Livre de Francfort dont la France est l’invitée d’honneur », précise encore la ministre.

Les Ateliers de l’Institut français se déroulent les 18 et 19/07/2017 à la Ferme du Buisson et ont pour thème « Nos Futurs, nouveaux acteurs, nouveaux usages, nouveaux publics ».


« Le défi européen est un défi éminemment culturel » (Françoise Nyssen)

  • « La politique culturelle et la politique diplomatique sont indissociables et indispensables pour la France. Je crois que dans l’une et dans l’autre, c’est sa conscience profonde qui s’exprime. C’est cette conscience profonde de la France qui s’exprime dans les relations qu’elle entretient à ses artistes et à son patrimoine. C’est cette même conscience qui s’exprime dans la relation qu’elle entretient au monde. C’est la conscience d’une nation libre, ouverte, éclairée et qui porte en elle l’idéal de fraternité. La France doit défendre et faire valoir cette conscience, aujourd’hui plus que jamais. C’est le rôle de l’action culturelle à l’international. Le ministère de la Culture a une responsabilité particulière dans ce domaine.
  • Le ministère est là pour nourrir le dialogue de la France avec le monde »

    Le ministère de la Culture sera là plus largement pour apporter son expertise, son expérience et sa connaissance du tissu culturel français à tout votre réseau. Le ministère est là pour nourrir le dialogue de la France avec le monde et je m’attacherai à ce qu’il le fasse à travers trois supports de dialogue privilégiés :

L’Europe

  • La France doit d’abord travailler avec l’Europe qui est à la croisée des chemins. Sa refondation est au cœur du projet du Président de la République. Ce sera également l’une de mes priorités.
  • Le défi européen est un défi éminemment culturel. Nous ne réussirons pas à achever l’Europe politique sans relever la conscience européenne, sans nourrir le sens d’appartenance commune, sans donner à l’Europe une consistance culturelle. Il faut pour cela permettre à chaque concitoyen de ressentir profondément en soi l’Europe. Il faut multiplier les échanges, les rencontres, les voyages. Les artistes sont les fers de lance de la refondation. Ils ont toujours été des bâtisseurs de ponts. Nous devons donc faciliter leur mobilité. C’est d’ailleurs l’idée d’un “Erasmus de la culture”, qui s’adresserait aux artistes et plus largement aux professionnels. J’aurai besoin de vous pour construire ce programme de mobilité.
  • Je me battrai pour que le financement européen de la Culture soit renforcé »

    Je me battrai en parallèle pour que les financements européens en faveur de la Culture soient renforcés. Je pense notamment au programme Europe Créative ou aux saisons culturelles européennes. Nous devons autant que faire se peut avoir les moyens de nos ambitions.

  • La culture est la solution pour l’Europe. L’Europe est aussi la solution pour la culture. C’est à l'échelle européenne que se défend l’exception culturelle, car c’est à cette échelle que se négocient les grands accords commerciaux. C’est aussi à l'échelle européenne que se défend la diversité culturelle, car c’est à ce niveau que se jouent les régulations face aux plateformes numériques. C’est aussi par le niveau européen que passe le combat pour la défense du droit d’auteur, la répartition équitable de la valeur et la lutte contre le piratage. Je serai donc particulièrement mobilisée sur ce terrain.
  • L’Allemagne a vocation à être un partenaire privilégié sur les questions culturelles comme sur l’ensemble du projet européen. Je me suis longuement entretenue avec mon homologue allemande [Monika Grütters, NDLR]. Nous avons proposé l’organisation d’une rencontre entre tous les ministres européens de la Culture en octobre, en marge de la Foire du Livre de Francfort. La France est l’invitée d’honneur de cette manifestation et je souhaite en faire un rendez-vous politique pour réaffirmer nos responsabilités.

La langue

  • La francophonie est au cœur de nos préoccupations parce qu’elle est une ressource incomparable et incontournable pour le modèle que nous voulons porter »

    La France doit dialoguer avec le monde à travers la langue. Je veux insister sur deux volets qui sont les deux piliers de notre politique culturelle :

    • Le dialogue à travers notre langue : la francophonie. Elle est au cœur de nos préoccupations parce qu’elle est une ressource incomparable et incontournable pour le modèle que nous voulons porter. Modèle dans lequel la culture est support de lien de fraternité et de la diversité. Vous êtes évidemment les pivots de la politique francophone à travers l’enseignement du français.
    • Le dialogue entre les langues : la traduction. Le français est la deuxième langue la plus traduite dans le monde après l’anglais. Elle est un support de rayonnement pour notre culture Nous devons l’entretenir. Cela passe par un effort soutenu à la formation des traducteurs ou à l’accompagnement des auteurs français auprès du public étranger. Il nous faut aussi accélérer les traductions vers le français. C’est un volet décisif des politiques culturelles et diplomatiques. Mais cette activité a été insuffisamment investie. Le dialogue entre les cultures permet la connaissance de l’autre. On ne comprend pas un pays si l’on ne comprend pas ce qu’il lit et ce qu’il écrit. Vis-à-vis des pays du pourtour méditérannéen et de l’Afrique en général, c’est un enjeu décisif pour la France.

Nos savoir-faire 

  • Je pense à ceux de nos artistes, de nos créateurs, de nos industries, que vous êtes chargés d’accompagner. Il faut poursuivre le soutien à nos créations. Il faut multiplier les coopérations artistiques. Nous avons besoin de vous pour les développer. Vous avez un rôle de passeur et de médiateur à jouer vis-à-vis de vos interlocuteurs locaux. C’est vous qui pouvez les mobiliser à la création française et notamment à la jeune création. C’est vous qui pouvez faire le lien entre les artistes, les spectacles, les expositions, les institutions et les marchés de diffusion sur place. Les services du ministère sont là pour vous accompagner. 
  • L’expertise française en matière de politique culturelle est reconnue dans le monde entier »

    Je pense aussi aux savoir-faire du ministère et de ses opérateurs. L’expertise française en matière de politique culturelle est reconnue dans le monde entier. C’est aussi une voie de dialogue car les demandes de coopération sont de plus en plus fréquentes. Nous avons des exemples de relations approfondies entre le ministère et les gouvernements étrangers. Ce partage d’expertise est un puissant terrain de notre diplomatie culturelle. »

    Françoise Nyssen aux agents du réseau, partenaires et personnels de l’Institut français, le 18/07/2017

Institut français

• Opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de la Culture pour l’action culturelle extérieure de la France.

Il agit avec l’ensemble du réseau des établissements culturels français à l’étranger, composé des Instituts français et des Alliances françaises.

• Il soutient environ 2 000 projets culturels ou artistiques par an.

• 98 Instituts français dans le monde.

• Présidence : Eva Nguyen Binh (depuis le 01/07/2021)

• Directeur général délégué : Erol Ok, depuis le 20/01/2020

• Directeur de la communication et du mécénat : Jean-François Guéganno

• Tél : 01 53 69 83 00


Catégorie : Etat


Adresse du siège

8 - 14 Rue du Capitaine Scott
75015 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 44, créée le 27/09/2013 à 13:23 - MàJ le 14/07/2021 à 11:51

Ministère de la Culture

• Création : 1959
• Missions :
- rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres capitales de l’humanité et d’abord de la France,
- conduire la politique de sauvegarde, de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel,
- favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit et le développement des pratiques et des enseignements artistiques,
- définir, coordonner et évaluer la politique du Gouvernement relative aux arts du spectacle vivant et aux arts plastiques.
• Crédits de la mission Culture :
Projet de loi de finances 2022 : 3 274 M€
Loi de finances initiale 2021 : 3 015 M€
Loi de finances initiale 2020 : 2 877 M€
Loi de finances initiale 2019 : 2 930 M€
Loi de finances initiale 2018 : 2 937 M€
Loi de finances initiale 2017 : 2 901 M€
Loi de finances initiale 2016 : 2 739 M€
Loi de finances initiale 2015 : 2 595 M€
Loi de finances initiale 2014 : 2 579 M€
Loi de finances initiale 2013 : 2 627 M€
• Ministre de la Culture : Roselyne Bachelot, depuis le 06/07/2020
• Christopher Miles, directeur général de la création artistique
Jean-Baptiste Gourdin, directeur général des médias et des industries culturelles
Jean-François Hebert, directeur général des patrimoines et de l’architecture
Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langues de France
Noël Corbin, délégué général à la transmission, aux territoires et à la démocratie culturelle
• Secrétariat général : Luc Allaire
• Tél. : 01 40 15 83 31 (service presse)


Catégorie : Etat
Entité(s) affiliée(s) : Département des Etudes, de la Prospective, des Statistiques et de la Documentation (DEPSD)


Adresse du siège

3 rue de Valois
75001 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 58, créée le 27/09/2013 à 13:23 - MàJ le 01/10/2021 à 11:04

©  NTC
©  NTC