ICC : -31 % de CA en Europe en 2020, 3 « défis » identifiés par le Gesac pour la relance

Paris - Actualité n°206266 - Publié le 26/01/2021 à 15:30
©  D.R.
©  D.R.

• Une baisse de 31 % du chiffre d’affaires des industries culturelles et créatives en Europe en 2020 (à 444 Md€), faisant de ce secteur l’un des « plus touchés par la crise économique et sanitaire, au même titre que le tourisme et le transport aérien » ;
• La musique et les arts du spectacle « parmi les domaines d’activité les plus impactés », avec  des baisses de CA chiffre d’affaires respectives de 58 % et 90 % ;
• Des auteurs et interprètes qui « vont subir en 2021 et 2022 l’impact financier de la chute des droits collectés (-35 %) par les OGC Organisme de gestion collective  » ;
• Un « risque considérable sur l’emploi (7,6 millions de personnes en 2019) et les vocations »,
tels sont quelques-uns des constats dressés dans l'étude « Rebuilding Europe : The cultural and creative economy before and after Covid-19 », réalisée par EY pour le Gesac Groupement européen des sociétés d’auteurs et compositeurs , et présentée le 26/01/2021.

« En 2019, les ICC Industries culturelles et créatives représentaient 4,4 % du PIB Produit intérieur brut de l’UE Union européenne , avec un chiffre d’affaires annuel de 643 Md€ et une valeur ajoutée totale de 253 Md€. Avant la crise, elles étaient également l’un des secteurs contribuant le plus fortement à l’emploi en Europe (…). Les ICC ont connu une croissance plus rapide (2,6 %) que la moyenne européenne (2 %) et ont généré un excédent commercial de 8,6 Md€, confirmant le statut de l’UE en tant que puissance culturelle majeure », indique le Gesac.

Le Groupement identifie trois « défis » pour « sauver, réactiver et relancer les industries culturelles et créatives européennes » :
• Le financement des « projets de croissance, sur fonds privés ou publics, à la hauteur du poids du secteur et de son potentiel de rayonnement territorial, social et international »,
• La « protection » du droit des auteurs et de la propriété intellectuelle, « mais aussi d’un modèle européen d’entrepreneuriat culturel, dans le cadre des directives européennes adoptées ou en discussion »,
• L’utilisation de « la force collective et individuelle des acteurs et créateurs culturels et créatifs pour accélérer les transitions numériques, sociales et environnementales ».

Cette étude doit être présentée à « des décideurs européens de haut niveau » tels que les vice-présidents de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, Margarítis Schinas et Dubravka Šuica, ainsi qu’aux commissaires européens Thierry Breton, Nicolas Schmit et Paolo Gentiloni.

La première étude sur le poids des industries culturelles et créatives européennes, déjà réalisée par EY à l’initiative du Gesac, avait été publiée le 02/12/2014.


Les ICC dans l’Union européenne en 2019

  • Revenus estimés à 643 Md€
    • La France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni totalisent 69 % des revenus
    • Les pays d’Europe centrale et orientale « affichent les taux de croissance les plus dynamiques »
  • Valeur ajoutée générée de 253 Md€
  • 4,4 % du PIB de l’UE en termes de chiffre d’affaires
    • soit une contribution économique « supérieure à celle des télécommunications, de la haute technologie, de l’industrie pharmaceutique ou de l’industrie automobile ».
  • Entre 2013 et 2019 : chiffre d’affaires total en hausse de 17 %
  • 7,6 millions de personnes en Europe travaillaient dans l’économie culturelle et créative à fin 2019
    • Le secteur avait créé « plus de 700 000 emplois en sept ans (+10 %), parmi lesquels des auteurs, des interprètes et d’autres professionnels de la création ».
  • Entre 2013 et 2019 : les 10 secteurs des ICC ont « quasiment tous » connu une « croissance solide et continue »
    • « Plus de 4 % » par an pour les jeux vidéo, la publicité, l’architecture et la musique,
    • Entre 0,5 % et 3 % pour l’audiovisuel, la radio, les arts visuels, les arts du spectacle et les livres,
    • La presse a reculé de 1,7 %, « en raison notamment d’une transition difficile vers le numérique ».
  • Les exportations de biens culturels représentaient « plus de 28,1 Md€ » en 2017, soit 1,5 % des exports de l’UE.
  • La balance commerciale européenne des biens culturels est excédentaire de 8,6 Md€ en 2019, « comparable au secteur de l’alimentation, boissons et tabac (9,1 Md€ en 2018) ».
  • « Plus de 90 % » des entreprises des ICC sont des PME et les freelance constituent 33 % de la main-d'œuvre, « soit deux fois plus que dans toute l'économie européenne (14 %) ».

Les ICC dans l’Union européenne en 2020, après la crise du Covid

  • Revenus estimés à 444 Md€, soit 199 Md€ de moins qu’en 2019 (-31 %)
  • L’économie culturelle et créative « fait partie des secteurs les plus affectés par la crise en Europe ».
    • Tourisme : -27 %
    • Automobile : -25 %.
  • « Tous les secteurs sont touchés, y compris ceux qui ont pu atteindre leurs publics via des solutions digitales ou le e-commerce. L’expérience occupe toujours une place fondamentale dans le modèle économique de toute l’économie créative, qui aujourd’hui voit ses capacités à produire et à développer de nouveaux contenus fortement menacés », note l'étude.

Estimation de l’évolution 2019-2020 du CA des ICC (en % et en Md€)

Estimation de l’évolution 2019-20 du CA des ICC (en % et en Md€)

Source(s) : Sources : Eurostat ; GESAC ; organisations professionnelles ; Oxford Economics ; modélisation et analyses EY 2020

  • « Nous estimons que cette situation (fermeture des lieux culturels et de spectacle, restrictions sur les ventes physiques, augmentation des coûts, augmentation des délais, réduction de la capacité à investir) perdurera bien au-delà de l’année 2020, au regard des mécanismes d’investissements et de rémunération des acteurs de la filière. »
  • Les auteurs et interprètes « vont subir en 2021 et 2022 l’impact financier de la chute des droits collectés (-35 %) par les OGC Organisme de gestion collective  »
  • Les dépenses des consommateurs dans les contenus, services et œuvres en ligne « ne compensent pas la perte de revenus liée à la baisse des ventes physiques et les événements physiques dans la plupart des secteurs ».
    • Les ventes physiques (CD, vinyles) « vont chuter de 35 %, tandis que les revenus de l’exploitation numérique des œuvres devraient croître de 8 % seulement ».

« Les ICC sont aussi dynamiques que vulnérables, aussi essentielles que diverses, et nous devons agir pour les soutenir. Heureusement, il n’est pas trop tard.

Outre un financement massif, nous avons besoin d’un cadre juridique solide garantissant une rémunération équitable aux créateurs et à leurs partenaires commerciaux. À cet égard, la mise en œuvre rapide et efficace de la directive sur le droit d’auteur est essentielle.

Les dirigeants européens doivent également préparer l’avenir, en utilisant les ICC comme un accélérateur majeur du progrès social, sociétal et environnemental en Europe »

Jean-Noël Tronc Directeur général @ Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM) • Membre @ Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) • Président @ Groupement européen… , président du Gesac et directeur général de la Sacem

Groupement européen des sociétés d’auteurs et compositeurs (Gesac)

• Gesac  : European Grouping of Societies of Authors and Composers

• Création en 1990

• Regroupe 33 sociétés d’auteurs dans l’Union européenne, en Suisse et en Norvège

• Représente environ un million de sociétaires

• Président : Jean-Noël Tronc (Sacem)

Vice-présidents : Victor Finn (IMRO), András Szinger (Artisjus) et Harald Heker (GEMA)

• Contact : Véronique Desbrosses

• Tél : 00 32 2 511 44 54


Catégorie : Groupement professionnel


Adresse du siège

23 rue Montoyer
1000 Belgique


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 2393, créée le 19/09/2014 à 05:11 - MàJ le 26/06/2020 à 16:21


©  D.R.
©  D.R.