Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Festival Off d’Avignon : « Supprimer purement et simplement l’affichage dès 2020 » (Pierre Beffeyte)

News Tank Culture - Paris - Entretien n°174430 - Publié le 11/02/2020 à 12:20
- +
©  Daniel Ripolin
©  Daniel Ripolin

« Sur le sujet du développement durable, nous manquons d’ambition. Le festival Off d’Avignon est un des plus grands festivals de France et du monde. À ce titre, il se doit d’être exemplaire. Ce n’est pas le cas aujourd’hui car, avec ses 1 500 spectacles par édition, le festival est, de fait, polluant. (…) Lorsque l’on est à la tête de structures culturelles, on se doit d’être en première ligne sur le sujet de l’écologie mais également sur les questions de parité et de diversité, et de mettre en place des dispositifs pour que les gens puissent y adhérer », déclare à News Tank Pierre Beffeyte, président d’Avignon Festival & Compagnies à l’occasion de la présentation de la stratégie RSE Responsabilité sociétale des entreprises du festival Off d’Avignon développée sur quatre ans (2020-2024), le 11/02/2020. 

Dans le cadre de cette stratégie, plusieurs actions portant sur le développement durable, l’accessibilité des publics ainsi que la parité et le droit du travail, seront ouvertes dès la prochaine édition du festival qui se tient du 03 au 26/07/2020. Parmi elles, la suppression « pure et simple » de l’affichage, un système de bonus financier accordé pour les compagnies soutenues dans le cadre du fonds de soutien à la professionnalisation dont les propositions artistiques répondent à des critères de parité hommes-femmes, ou le lancement d’une étude sur les « non-publics » pour « essayer de savoir quelles sont les raisons pour lesquelles ils ne viennent pas et élaborer, à partir de là, une stratégie sur la base d’éléments objectifs ». 

« Nous affichons une volonté politique très forte. Mais ces sujets nous dépassent parce qu’ils incluent nécessairement les pouvoirs publics. Cette stratégie ne pourra fonctionner que si les pouvoirs publics sont avec nous. Tout le monde souffre d’un manque d’initiatives. C’est un appel à la mobilisation que nous lançons », ajoute Pierre Beffeyte qui répond aux questions de News Tank.


Pourquoi mettre en œuvre une stratégie RSE sur quatre ans ? Quelles sont vos ambitions en la matière ?

L’environnement est un enjeu qui, à titre personnel, me préoccupe beaucoup, et sur lequel le conseil d’administration et l’équipe d’Avignon Festival & Compagnies travaillent depuis que j’ai pris la présidence de l’association en 2016. Nous avons mis en place plusieurs actions : signature d’une charte avec la Ville d’Avignon, la communauté du Grand Avignon et le Festival d’Avignon ; service de mutualisation pour l’impression des affiches et tracts de spectacles… Mais nous manquons d’ambition. Face à l’urgence écologique, il faut faire les choses en grand. Le festival Off d’Avignon est un des plus grands festivals de France et du monde. À ce titre, il se doit d’être exemplaire sur ce sujet. Ce n’est pas le cas aujourd’hui car, avec ses 1 500 spectacles par édition, le festival est, de fait, polluant.

Avec ses 1 500 spectacles par jour, le festival est, de fait, polluant »

Si l’on est capable de mettre en œuvre des actions fortes, le festival Off d’Avignon pourra être source d’inspiration pour d’autres. Agir face à l’urgence écologique est désormais une évidence. Beaucoup de gens ont envie de faire des choses. Et, lorsque l’on est à la tête de structures culturelles, on se doit d’être en première ligne sur le sujet de l’écologie mais également sur les questions de parité et de diversité, et de mettre en place des dispositifs pour que les gens puissent y adhérer.

Aujourd’hui, il nous faut changer l’environnement du festival. Tout d’abord en termes de développement durable afin de limiter l’impact écologique du Off. Il nous faut également agir pour développer nos publics et l’attractivité du territoire en lien avec des partenaires locaux. Enfin, nous devons repenser notre environnement propre, c’est-à-dire notre structure mais aussi les théâtres et compagnies qui jouent au festival. C’est dans ce cadre que le conseil d’administration et l’équipe d’Avignon Festival & Compagnies ont souhaité mettre en œuvre une stratégie RSE Responsabilité sociétale des entreprises sur quatre ans (2020-2024). Celle-ci doit répondre à trois enjeux :

  • Responsabilité environnementale ;
  • Responsabilité en matière d’accessibilité des publics empêchés. Il s’agit aussi de se poser la question de l’action culturelle que ne fait pour le moment pas le festival Off d’Avignon sur son territoire ;
  • Responsabilité des équipes (théâtres, compagnies) et partenaires en matière de droit du travail, de parité… 

Quelles sont les premières actions qui vont être mises en place ?

La stratégie que nous lançons s’appuie sur la norme ISO 20121, norme internationale consacrée au développement durable dans l’événementiel. Nous allons travailler avec un cabinet spécialisé pour l’obtenir.

La norme ISO 20121 est une norme internationale consacrée au développement durable dans l’événementiel. Elle intègre les principes du développement durable dans son ensemble (environnemental, social/sociétal et économique). Elle vise à mettre en place un ensemble de procédures permettant d’identifier les enjeux clés du développement durable s’appliquant à l’activité de l’entreprise/à l’événement, et de les intégrer à l’entreprise elle-même ou à l’élaboration de l’événement.

La durée de mise en œuvre du système de management au regard de la norme ISO 20121 « est évaluée pendant la phase de diagnostic ». Il faut compter « de 3 à 12 mois entre le début de mise en œuvre de la démarche et la certification ISO 20121 ». Cette durée varie « selon l’effectif de la structure ou du département concerné, le nombre d’activités événementielles exercées et le périmètre de la certification ISO 20121 ». Une fois la certification obtenue, cette dernière est valable trois ans, à l’issue desquels l’entreprise doit repasser un audit de certification.

Plusieurs acteurs culturels ont obtenu la norme ISO 20121 à l’image des Transmusicales de Rennes, des Eurockéennes de Belfort et du Palais des Festivals de Cannes. Le Printemps de Bourges et les Francofolies de La Rochelle sont en pleine démarche pour l’obtenir.

La principale difficulté est que le festival se concentre sur trois semaines une fois par an, ce qui nous laisse finalement peu de temps pour expérimenter des choses dans la durée. Nous ouvrons donc un chantier sur quatre ans, mais il devra être poursuivi toute la vie du festival.

En matière d’écologie, les premières actions que nous souhaitons mettre en œuvre concernent :

  • La pollution des papiers : 

    Notre ambition est de supprimer purement et simplement l’affichage dès la prochaine édition »

    Notre ambition est de supprimer purement et simplement l’affichage dès la prochaine édition. Cette ambition devra cependant être confortée par une volonté politique de la municipalité qui a seule le pouvoir d’interdire l’affichage sauvage. Car il ne faut pas oublier que c’est par arrêté municipal que l’affichage est autorisé durant le festival. Nous souhaitons que la Mairie ne prenne plus cet arrêté et retire les affiches lorsqu’il y en a. En cette période électorale, nous allons solliciter les différents candidats sur ce sujet, voir comment ils comptent nous accompagner sur un plan logistique et financier dans cette démarche.

  • L’eau et l’alimentation : Sur ce point, l’objectif est de supprimer toutes les bouteilles en plastique au profit de gourdes. Là encore nous ne pouvons qu’être incitatifs. Il nous faut réfléchir à des solutions concrètes en collaboration avec les restaurateurs pour qui la suppression des bouteilles en plastique constituerait un manque à gagner.  Il nous faudra également lutter contre le gaspillage et réduire les déchets alimentaires.
  • Les équipements des théâtres : Les théâtres avignonnais accueillent chaque jour plusieurs spectacles avec, de fait, des projecteurs et climatiseurs qui fonctionnent 12 heures d’affilée.. Ces équipements doivent être remplacés par d’autres plus efficaces et moins énergivores. Il faut également inciter les salles à privilégier l’éclairage LED.
  • La mobilité des publics : La question de la mobilité des publics est primordiale. Pour ce faire, il faut que l’on travaille avec les acteurs locaux pour trouver des parcs-relais beaucoup plus grands, et que les partenaires publics soient en mesure de fournir des navettes de bus pour transporter les publics dans le centre-ville.
Une étude sur les « non-publics » lancée en partenariat avec l’Université d’Avignon et Auchan,  »

Concernant la question de l’accessibilité et du développement des publics, nous allons lancer, en partenariat avec l’Université d’Avignon et Auchan, une étude sur les « non-publics », c’est-à-dire les publics qui ne viennent pas. L’idée est d’essayer de savoir quelles sont les raisons pour lesquelles ils ne viennent pas et élaborer, à partir de là, une stratégie sur la base d’éléments objectifs.

Sur la parité, le CA conseil d’administration a voté une mesure en faveur d’un bonus financier pour les compagnies soutenues dans le cadre de notre fonds de soutien à la professionnalisation dont les propositions artistiques répondent à des critères de parité hommes-femmes.

L’association AF&C Avignon Festival & Compagnies peut-elle seule faire levier sur ces sujets ?

Nous affichons une volonté politique très forte. Mais ces sujets nous dépassent parce qu’ils incluent nécessairement les pouvoirs publics. Cette stratégie ne pourra fonctionner que si les pouvoirs publics sont avec nous. Tout le monde souffre d’un manque d’initiatives. C’est un appel à la mobilisation que nous lançons.

Cette stratégie ne pourra fonctionner que si les pouvoirs publics sont avec nous »

Nous allons également poursuivre l’organisation de forums initiés en 2019 et dont l’objectif est de rencontrer et travailler avec les acteurs locaux (mairie d’Avignon, commerçants, restaurateurs, hôteliers, sociétés de transport…) sur différentes thématiques telles que la mobilité, la restauration le logement et l'éco-festival.

Comment est accueillie cette stratégie par les théâtres, les compagnies et les acteurs locaux ?

Elle est très bien accueillie, en particulier par les artistes qui sont très moteurs sur la question du développement durable, de la diversité et de l’égalité.

Concernant l’affichage, il y a aujourd’hui une très grande inégalité entre des compagnies qui n’ont peu - voire pas - de moyens et les compagnies plus structurées qui disposent d’un budget communication.

De plus, il faut garder à l’esprit que tout individu, en dehors de sa profession, est aujourd’hui sensible à la question écologique. On ne trouve donc que très peu d’opposition en dehors de certaines personnes qui pensent que l’affichage fait partie du folklore du festival et qu’il décore la ville…

Les premières actions que vous souhaitez initier sont contraignantes et entraîneront nécessairement des coûts supplémentaires ou des changements conséquents pour les théâtres et les compagnies. De quelle manière pourront-ils les supporter ? L’association AF&C accompagnera-t-elle financièrement ces changements ? Avec quels moyens ?

Tous les théâtres n’ont pas les moyens d’investir pour se doter d’équipements moins énergivores. C’est pourquoi AF&C les accompagnera avec des moyens financiers qu’il nous faudra aller chercher auprès de nos partenaires. Notre idée est de constituer un vrai club de partenaires.

AF&C a également créé sa fondation sous l’égide de FACE - Fondation Agir Contre l’Exclusion. Elle a pour objectif de soutenir les artistes mais aussi de nous accompagner dans les années à venir sur différents projets qui touchent à l’exclusion des publics par exemple. 

Enfin, je crois que le Gouvernement peut et doit s’impliquer là-dedans. C’est une belle vitrine pour la France que de voir un des plus grands festivals de théâtre du monde agir en faveur de l’environnement, de la diversité et de l’égalité. Je n’imagine pas les politiques ne pas se saisir de ce projet.

Pierre Beffeyte


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Scène & Public
Fondateur et gérant
Startup « Qu’est-ce qui tourne » / Application To See Or Not To See
Fondateur
Théâtre des 3 Soleils à Avignon
Directeur artistique
Festival Off d’Avignon
Trésorier Adjoint
La Compagnie du Passage
Directeur artistique et administratif

Établissement & diplôme

Ministère de la Culture
Auditeur du Cycle des Hautes Études de la Culture

Fiche n° 15040, créée le 05/01/2016 à 13:45 - MàJ le 12/02/2024 à 10:53

Festival Off d’Avignon

• Festival de théâtre né en 1966 en marge du Festival d’Avignon
• Animé par l’association Avignon Festival & Compagnies (AF&C) créée en 2006 à l’initiative de compagnies et de théâtres

• 58e édition du 03 au 21/07/2024. Des dates ont été bornées par les pouvoirs publics (du 29/06 au 21/07/2024) en fonction du cadre fixé pour l’organisation des manifestations culturelles et sportives lors des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

• 57e édition : du 07 au 29/07/2023
- 1,955 million de billets délivrés
- 1 491 spectacles portés par 1 395 compagnies
- 141 lieux

• 56e édition du 07 au 30/07/2022
- 1,5 million de billets délivrés
- 59 000 cartes d’abonnement vendues
-
1 570 spectacles, dont 1 183 créations
- 1 094 compagnies françaises et étrangères

• 55e édition du 07 au 31/07/2021
- 36 342 cartes d’abonnement vendues
- 75 695 places délivrées via Ticket’Off
- 1 070 spectacles, dont 923 créations
- 752 compagnies françaises et 66 étrangères accueillies

• Annulation de l'édition 2020, du 03 au 26/07/2020

• 54e édition du 05 au 28/07/2019
- 300 000 spectateurs pour 1,7 million de billets délivrés
- 1 592 spectacles
- 67 000 cartes d’abonnement vendues
- 97 530 places délivrées via Ticket’Off

• Coprésidents : Harold David et Laurent Domingos
• Contact : Maéva Belloy, responsable de la communication
• Tél. : 04 90 86 72 21


Catégorie : Festival / Salon


Adresse du siège

24 Boulevard Saint-Michel
84000 Avignon France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 244, créée le 27/09/2013 à 13:23 - MàJ le 14/05/2024 à 18:02

©  Daniel Ripolin
©  Daniel Ripolin